Article exclusif

Juin 2017

Genève se dote d’un pôle d’excellence de l’industrie aéronautique !

L’annonce a été faite par Pierre Maudet il y a quelques jours, lors de la journée consacrée à l’économie et aux enjeux de l’Aéroport de Genève. Organisé par FOROM le 13 juin dernier, l’événement a attiré quelque 800 représentants du tissu économique genevois au sein du Bâtiment des Forces Motrices. Se sont succédés de prestigieux orateurs, à l’instar du Directeur général de l’Aéroport André Schneider, du Directeur des Ports Francs Alain Decrausaz, ou encore de l’inénarrable entrepreneur Xavier Comtesse, dans le rôle de l’agitateur de conscience.

image

« Le dossier de l’Aéroport de Genève est sans doute le plus intéressant, mais aussi le plus compliqué qu’il m’ait été donné de traiter, commence sans ambages Pierre Maudet lors de son intervention. L’Aéroport focalise le débat sur la croissance de Genève. Tout comme la ville, il porte en lui trois valeurs : l’ouverture, la diversité et la durabilité. » De l’aveu du conseiller d’Etat, ces trois valeurs fondent la vision d’une Genève économique forte, dont l’aéroport est l’épine dorsale. « Mais l’impact de l’aéroport va bien au-delà de Genève et de la Suisse romande ; sa résonnance est internationale ! » Et d’annoncer avec conviction que « Genève se dote d’un pôle d’excellence en matière d’industrie aéronautique, d’un cluster formé de 6 entreprises, dans le but de donner plus de visibilité et de positionner Genève sur la carte mondiale de l’aéronautique. »

L’aéroport de demain se dessine aujourd’hui
Intervenant directement après Pierre Maudet, André Schneider est venu présenter les défis auxquels l’aéroport doit faire face. « Le challenge le plus important est de trouver le point d’équilibre entre le développement économique et l’impact engendré par les activités aéroportuaires. Genève Aéroport doit rester une porte d’entrée sur la Suisse, sans que cela se fasse au détriment de la population et des communes. Nous n’avons pas le choix : il faut trouver des solutions innovantes ! »

L’innovation, tout comme le développement durable, sont des ambitions fortes portées par André Schneider. Ces deux thématiques soutiennent de manière transversale les 5 objectifs stratégiques des prochaines années : opérabilité de la plate-forme, pérennité économique, satisfaction de la clientèle, gestion de l’humain et des compétences, et enfin affirmation de l’identité responsable. « Nous faisons beaucoup en termes de développement durable et d’innovation, et nous allons continuer dans ce sens. Une partie de mon travail consiste à le faire savoir. »

Quelques minutes plus tard, c’est Alain Decrausaz qui prend la parole, pour parler du fret. « Les transitaires sont très satisfaits de leur collaboration avec l’aéroport. Nous aimerions faire une proposition audacieuse : construire un bâtiment à 20 kilomètres de l’aéroport pour centraliser la préparation des marchandises et gérer les activités qui ne sont pas directement liées au transport. » Une idée qui semble plaire à André Schneider, tant il est vrai que l’aéroport est en recherche permanente de solutions pour optimiser sa surface d’exploitation.

image

Genève, la cerise sur le gâteau ?
C’est en tout cas ce qui ressort des échanges lorsqu’on évoque les critères de sélection des entreprises souhaitant s’installer en Suisse. Avec sa proximité du centre-ville et son grand nombre de destinations « point à point », l’aéroport est un atout précieux pour Genève. « La connexion avec les clients étrangers est essentielle, témoigne le Directeur de la Banque Cantonale de Genève Blaise Goetschin. Près de 25% de notre chiffre d’affaire provient de l’international. Certes, nous pouvons faire beaucoup de choses à distance, mais la digitalisation ne va pas remplacer le contact humain, qui reste central dans notre activité de banquier. »

André Kudelski enfonce le clou : « Quand vous n’avez qu’une seule piste et un foncier inextensible, et que vous devez répondre à une croissance de la demande, il faut trouver des solutions innovantes. Le fait d’avoir un potentiel limité en termes de superficie oblige à être ingénieux. La petitesse de la région genevoise, en comparaison de Zurich, fait que nous devons nous tourner vers l’étranger. L’international n’est pas une option : c’est une nécessité ! »

Finalement, c’est à Xavier Comtesse que revient l’honneur de clore la journée en compagnie d’André Schneider. L’agitateur a la parole franche : « André, comment comptes-tu amener du rêve aux voyageurs et aux genevois ? » Et André Schneider de répondre « Quand je suis arrivé à la direction de Genève Aéroport en septembre dernier, je me suis fait la réflexion que ce porte-avion, comme on l’appelle à cause de son unique piste, était devenu extérieur à la vie de tout le monde. Or l’aéroport appartient à toutes et à tous. Il doit redevenir une plate-forme pour la communauté, et je souhaite que chacun puisse y vivre une expérience pleinement satisfaisante. »


Article rédigé par Dimitri Kas


Soyez informé du prochain article en vous inscrivant sur notre mailing liste.

Vos données seront traitées de façon strictement confidentielle et ne seront en aucun cas transmises à des tiers.