L'AGC change de présidence

M. Jeannerat et M. Jobin
M. Jeannerat et M. Jobin

L’Association en faveur de l’Aéroport de Genève-Cointrin (AGC), qui fête cette année le quarantième anniversaire de sa fondation, a un nouveau Président. En effet, Monsieur Jean-Pierre Jobin, après huit ans de présidence, ayant souhaité «passer la main», l’assemblée générale annuelle de l’Association qui s’est tenue le 19 juin 2014, a élu Monsieur Jacques Jeannerat, directeur de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, pour lui succéder. Il est particulièrement réjouissant qu’aux destinées de l’AGC préside une personnalité telle que celle de Monsieur Jeannerat, représentant tant des milieux économiques que politiques, eu égard aux douze années pendant lesquelles il a siégé au Grand Conseil de Genève en qualité de député.

L’AGC se félicite des bons résultats de l’Aéroport, reflets de l’extraordinaire vitalité de toute la région qu’il dessert. L’Association entend user de toute son influence afin que s’ouvre sans tarder le chantier de construction de l’Aile Est de l’aérogare qui doit améliorer qualitativement l’infrastructure aéroportuaire en remplaçant le «pavillon (provisoire !) gros-porteur» en service depuis près de quarante ans.

A l’issue de la partie statutaire, l’assemblée a entendu avec intérêt Monsieur Lorenzo Stoll, directeur général de SWISS pour la Suisse romande, parler de la reconquête par SWISS du marché de la Suisse romande.

L'Aéroport dévoile sa future Aile Est

Cointrin a reçu de Berne, le 13 octobre 2014, l’autorisation de construire du nouveau bâtiment qui accueillera les avions gros-porteurs. Cette décision fait suite à l’accord négocié entre Genève Aéroport et les opposants au projet d’extension.

La future Aile Est
La future Aile Est

Le communiqué de presse de Genève-Aéroport Statuant sur une demande d’approbation de plans déposée par les gestionnaires de l’Aéroport International de Genève (AIG), le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a autorisé, en date du 13.10.2014, la construction de nouvelles salles d’embarquement, principalement dédiées aux vols long-courriers.

Ce bâtiment, dénommé «Aile Est», remplacera les actuelles infrastructures, construites à titre provisoire dans la seconde partie des années 70. Aujourd’hui désuètes, celles-ci seront détruites. Le nouveau bâtiment mesurera environ 520 mètres de long, 20 mètres de large et 19 mètres de haut. Ces installations modernes permettront d’offrir des prestations de meilleure qualité aux passagers voyageant sur les vols intercontinentaux. Les voyageurs pourront embarquer à bord des avions et en débarquer par deux passerelles (contre une actuellement), ce qui contribuera à fluidifier les flux et permettra surtout de ne plus avoir à recourir à des transferts par bus. Cette nouvelle infrastructure facilitera également le travail des compagnies aériennes opérant ces vols. Plus de détails sur le projet sont accessibles via le lien suivant: www.gva.ch/aile-est

La demande d’approbation des plans a fait l’objet d’une consultation auprès des autorités fédérales et cantonales avant d’être mise à l’enquête publique au mois de mai 2013. Elle avait alors suscité plusieurs oppositions émanant notamment de riverains et d’associations œuvrant en faveur de la protection de l’environnement. Celles-ci craignaient que ce projet ne favorise une augmentation du nombre de passagers et ne génère des nuisances, tant sonores qu’atmosphériques. Au terme de discussions constructives menées avec les parties prenantes en lien avec l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) et de la direction de Genève Aéroport, les opposants avaient finalement collectivement décidé de renoncer à former un recours contre ce projet. Pour mémoire, une partie des réserves exprimées par les opposants tenait à la spécificité architecturale du projet, qui permet potentiellement aux gestionnaires de la plate-forme de faire stationner deux avions de petites tailles sur une position gros-porteurs.

Craignant que l’Aile Est n’encourage la croissance en créant de la capacité supplémentaire (neuf places, dans une utilisation optimale, contre six actuellement), les opposants ont souhaité qu’une restriction soit apportée à l’utilisation de ces positions. Leur demande a été entendue, et la direction de Genève Aéroport s’est engagée formellement à ne pas prendre en charge plus de six avions simultanément. L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a garanti aux opposants que cette restriction de l’exploitation de l’Aile Est fera partie des charges, juridiquement contraignantes, associées à la décision d’approbation des plans.